Pompage dans les suspensions arrière

Cette page a été écrite pour répondre aux questions sur le pompage sur la liste "vehicule a propulsion humaine" <vph@ihpva.org>
Le but est de fournir des éclaircicements sur l'action de la chaîne sur la compression du ressort de suspension arrière, dans les cas:

Cas habituel d'unVD ou d'un VC avec passage direct de la chaîne du pédalier au pignon arrière

Le cadre est représenté en rouge, le bras oscillant en bleu.
Sur le vélo du haut, la chaîne passe au dessus de l'axe du bras oscillant. Le moment de la  tension de la chaîne par rapport à cet axe est représenté par la flèche violette, qui tend à faire pivoter le bras vers le haut, et par conséquent à compresser le ressort.
 

 

Sur le vélo du bas, l'axe étant situé au dessus du brin tendu de la chaîne, le moment de cette force par rapport à l'axe de rotation a cette fois-ci l'effet inverse; il tend à faire redescendre le bras, et par conséquent à placer le ressort en butée.

 

 

Cas d'un VC avec roulette de renvoi fixée sur le bras oscillant
Si la roulette est fixée sur le cadre, tout se passe comme si la chaîne était directe entre le pédalier et le pignon arrière; ce qui est dit au dessus est vrai, c'est la partie située en arrière de la roulette qui agit sur le bras.

Si la roulette est fixée au bras oscillant, la partie arrière de la chaîne n'a plus d'effet pervers sur la compression du ressort de suspension.

Par contre, le brin situé en avant de la roulette va:

  • tendre à compresser le ressort si l'axe du bras oscillant est situé en dessous du brin tendu (croquis du haut)
  • tendre à étendre le ressort si l'axe du bras oscillant est placé au dessus du brin tendu (croquis du bas)

 

 

Cas où l'axe de la roulette et celui du bras coïncident:

 

On peut considérer, au choix,

  • que la roulette fait partie du cadre, dans ce cas, le moment appliqué au bras a pour valeur: le produit du rayon de la roulette r par l'intensité de la force Far.
  • que la roulette fait partie du bras, et  on se retrouve dans le cas vu plus haut, le moment vaut le produit du rayon de la roulette r par l'intensité de la force Fav (qui, bien sûr, a la même intensité que Far s'il n'y a pas trop de résistance au frottement sur la roulette - ce que l'on peut raisonnablement considérer)

En conclusion: dans ce cas, le moment est relativement faible (puisqu'il dépend directement du rayon de la roulette) et aurait tendance à comprimer le ressort, puique la direction de la chaîne est obligatoirement en dessous de l'axe du pivot

Problèmes de direction dans les trikes                                        Haut de page

Cas du trike avec deux roues directrices

En ligne droite, tout va bien...

En virage, ça se corse un tantinet.

Pour qu'il n'y ait pas de dérapage latéral d'une des roues avant, il faut nécessairement que l'angle de braquage de la roue intérieure soit plus rand que celui de la roue extérieure. C'est normal, si l'on fait un tour, la roue intérieure aura parcouru un plus petit cercle que la roue extérieure.

En fait, le trike, à cet instant précis, pivote globalement autour d'un point appelé Centre Instantané de Rotation (cir pour les intimes), ce point est idéalement situé à l'intersection des axes de rotation des roues. Pour que le trike ne perde pas trop d'energie dans le frottement, il faut que les axes coucourent en ce même point.

Le problème est identique avec une voiture. La tringlerie de direction ne répond que partiellement à ce problème, car il est pratiquement impossible de créer une mécanique simple qui assure cette concourance pour toutes les positions de braquage.

 

Cas du trike à une roue directrice

 

Quel que soit l'angle de braquage, le cir se trouve à l'intersection de laxe des roues arrières (axe du moyeu) et de l'axe de la roue avant.

Théoriquement, pas de problème, tous les points du trikes ont une trajectoire circulaire autour du cir I, dans le mouvement du trike par rapport au sol, bien sûr.

 Haut de page